Pages

mardi 6 mars 2018

Quand le monde était proche d'une catastrophe nucléaire



En 2011 l'incendie dans le sous-marin nucléaire russe Ekaterinburg aurait pu provoquer une catastrophe bien plus pire que Tchernobyl. Le ministre responsable reconnaît maintenant qu'il y avait des missiles nucléaires et des torpilles à bord.

C'est le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, qui reconnaît que le monde était proche d'une catastrophe sans précédent le 29 décembre 2011. C’est alors qu’un incendie s'est produit dans le sous-marin nucléaire d'Ekaterinbourg. Il était en cale pour l'entretien à Mourmansk et il est probable que le feu avait été provoqué par des travaux de soudure.

Il a commencé avec un échafaudage en bois qui a pris feu. Puis les flammes se sont propagées à la couverture de caoutchouc qui recouvrait la coque. Selon des informations disponibles ​​les travaux d'extinction se sont poursuivis pendant 20 heures et le sous-marin a partiellement été inondé pour ralentir le feu.

Ekaterinbourg était fait pour pouvoir porter des armes nucléaires. Auparavant, les autorités russes ont fait valoir qu’elles n’étaient pas à bord. Selon Popular Mechanics, il n'est pas vrai. Dans un entretien avec le journal russe Kommersant, Dmitri Rogozin a déclaré qu'il y avait à la fois des missiles intercontinentaux et des torpilles nucléaires.

L'incendie a éclaté près des tubes de torpilles et une explosion aurait probablement déclenché une réaction en chaîne du combustible liquide des missiles. Une telle catastrophe aurait libéré d'énormes quantités de radioactivité. Cependant, selon les données antérieures des autorités russes aucune radioactivité n'a fui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire