Pages

vendredi 19 juillet 2019

L'Europe va dépasser les États-Unis dans la course pour production de batteries


L’industrie européenne a longtemps hésité à ouvrir des fabriques pour batteries de voitures. Des tels projets ont longtemps été considérés comme haut risque. Un facteur important a été les diffus plans pour la fabrication de voitures électriques. Cependant, maintenant il est clair qu’elles bientôt seront introduites à grand échelle.

Un autre facteur freinant est qu’il faut beaucoup de temps pour construire une fabrique, environ 3 ans. La phase de planning est longue car il faut appliquer pour tant de permis, recruter des personnes, faire le plan du bâtiment, commander tous les machines nécessaires et finalement dresser le fabrique.

De plus, ces fabriques coûtent cher et pour repayer l’investissement avec les profits de vents, il faut environ 3 ans. C’est-à-dire qu’un investisseur ne peut pas espérer une rentabilité qu’après ­6 ans. A ces complications s’ajoute le fait que le développement dans le secteur batteries est très rapide. Dans 6 ans les meilleures batteries vont certainement être assez différentes de celles d’aujourd’hui.

Malgré ces hasards un certain nombre d'usines de batteries sont prévues en Europe. Bloomberg New Energy Finance prévoit que l'Europe produira 198 GWh en 2023, contre 130 GWh pour l'Amérique du Nord.

A lui seul VW prévoit de produire 22 millions de véhicules électrifiés sur une période de 10 ans. Beaucoup s’est demandé si la disponibilité de batteries lithium-ion suffirait pour ce volume. Un rapport de la Commission européenne a averti qu'une forte dépendance à l'égard des batteries importées risquait de nuire à la compétitivité de l'industrie automobile européenne.

En 2018 la production européenne n'était que de quelques GWh, soit 3% de la production totale mondiale. Cependant, actuellement un retardateur, l'Europe est maintenant en train d’investir d'importantes sommes avec le soutien de l’UE.

Les analystes notent aussi que la production européenne sera plus robuste en le sens que la production américaine est si étroitement liée à une société - Tesla. C’est principalement l’Allemagne et la France qui ont impulsé l’avancée européenne, grâce à l’initiative de « l’AirBus de batteries », European Battery Alliance, avec des investissements qui peuvent atteindre 100 milliards d’euros.

Cependant, une importante partie des usines prévues est gérée par des sociétés asiatiques. Le chinois Contemporary Amperex Technology investit maintenant dans une usine allemande avec la capacité de 14 GWh par an pour les clients BMW et VW. Svolt Energy Technology prévoit une installation en Europe de 24 GWh par an à partir de 2025.

LG Chem, Samsung SDI et SK Innovation sont parmi les entreprises coréennes qui envisagent de se développer en Europe. Avec le soutien de l'Etat hongrois, Inzi Controls investira environ 50 millions d’euro dans une usine qui sera opérationnelle déjà l'année prochaine.

Pourtant, la production de batteries est très énergivore. Il est par conséquence douteux de les localiser dans des pays qui produisent un grand partie de leur électricité avec charbon. C’est l’avantage du Suèdois Northvolt qui en 2021 produira 16 GWh par an et pleinement construit le double.

jeudi 18 juillet 2019

Chargez le téléphone en marchant


Maintenait il y une solution pour ceux qui craignent de batteries vides dans leurs portables, pourvue qu’ils sont préparé à marcher. L’invention fait par des chercheurs canadiens utilise des mouvements pendant la marche pour recharger tout qui est électronique portable.

L'équipement ressemble à un sac à dos mais il y a un différence - on ne peut rien porter dedans. Au lieu de divers nécessités il y a un pendule avec un poids qui pour chaque pas pris pivot et active un générateur électrique.

Le poids pèse 9 kg et l’arrangement fourni entre 0,19 et 0,25 W. Donné qu’une batterie pour un téléphone portable pleinement chargé contient environ 6 Wh, il faut un bon marche, autour de 27 heures, pour le charger de 0 à 100%. Pourtant, une simple conversation av un mobile consomme environ 0 ,2 W, c’est à dire que le chargeur rend possible à parler en marchant sans vider la batterie.   

Les chercheurs ont expérimenté avec différents poids et ils ont conclus que le poids de 9 kg dans le pendule produisait le même effet métabolique que 9 kg de poids fixe.

Les innovateurs font valoir que des solutions similaires pourraient être utiles pour ceux qui doivent rester dans des zones isolées pendant longtemps, telles que des secouristes ou militaires.

Cependant, ils soulignent aussi que des recherches futures devront être axées sur la réduction du poids total.

mercredi 17 juillet 2019

NEVS investit dans des taxis autonomes en Europe


Le constructeur de voitures électriques NEVS, (National Electric Vehicle Swedende), issue de la faillite de Saab Automobile, a conclu un partenariat stratégique exclusif avec la start-up Auto X, basée à San José en Californie. La collaboration vise à lancer la première flotte de taxis autonomes en Europe à la fin de 2020. La taille de la flotte n'est pas claire.

A condition de respecter un certain nombre de règles les activités expérimentales pour véhicules autonomes sont autorisées en Suède. Cependant, une flotte à grande échelle nécessitera une législation différente.

Le lancement a pour but à démontrer et évaluer la technologie et la conception d'un « nouveau type de véhicule révolutionnaire de renommée mondiale qui façonnera une mobilité plus durable  pour l’avenir», indique le communiqué de presse de NEVS.


Auto X a été fondée en 2016. Selon ses propres déclarations, elle a créé la première plate-forme reposant sur une intelligence artificielle capable à gérer l'environnement sur les rues dans les grandes villes chinoises.

Leur plateforme est appelé X Urban. Il associe les informations provenant des multiples capteurs sur une voiture avec une base de décision.

Le futur taxi est en cours de développement chez NEVS. Il est une vision futuriste sur l’apparition du transport autonome pour passagers. NEVS espère pouvoir tester le taxi sur des rues au troisième trimestre cette année avec le but de les pouvoir circuler en Europe à la fin de 2020.

À plus long terme, les deux sociétés espèrent lancer un vaste parc de taxis autonomes et électrique dans le monde entier.

L’an dernier Auto X a fait de rubriques comme la première entreprise d’être autorisée à tester des voitures autonomes pour livrassions d’épiceries en Californie.

-------------------------------

NEVS a maintenant commencé la production d’une berline entièrement électrique basée sur l’ancienne plate-forme Saab 9-3 dans son usine de Tianjin en Chine.

Selon la société mère de la société, China Evergrande Group, ce lancement accélèrera le calendrier de NEVS pour le démarrage de production dans d'autres villes chinoises.

L'usine de Tianjin peut initialement construire 50 000 véhicules électriques par an.