Pages

dimanche 4 mars 2018

La Bible, un livre écologique ?



Il y avait certainement des problèmes écologiques quand la Bible a été écrite. Pourtant, comparer avec touts autres problèmes, par exemple de mauvais convivialité, ils étaient secondaires. C’est probablement pourquoi il n’y a presque rien sur le sujet dans la Bible.

Aujourd’hui la situation est différente. Si nous ne nous engagerons pas dans tous les problèmes écologiques qui nous entourent, la vie humaine deviendra très difficile dans un proche avenir.

L’église catholique l’a comprise et selon ce document leur engagement a pris ampleur avec l’élection de Jean-Paul II en 1979. Depuis leur l’église catholique est présente dans toutes les grandes conférences sur écologie, ce qui témoigne d’un engagement sérieux. Pourtant, en absence d’arguments bibliques, il est basé sur l’idée que il ne faut pas, (trop ?), perturber l’œuvre de Dieu.

Cependant, Scott Pruitt, très croyante et chef de la structure américain pour la protection de la nature, (Environmental Protection Agency, EPA), a une autre point de vue:

« La vision biblique à l'égard de ces questions est que nous avons la responsabilité de gérer, cultiver et récolter les ressources naturelles dont nous avons été bénis pour vraiment laisser en profiter nos semblables. »

Remarquablement il n’y a pas le verbe protéger, qui selon la fonction de Scott Pruitt devrait être essentiel. Dans son interprétation des textes sacrés il n’y a pas question, car :  

« La gauche environnementale nous dit que, bien que nous ayons des ressources naturelles comme le gaz naturel et le pétrole et le charbon, et que nous puissions nourrir le monde, nous devrions garder ces choses dans le sol, ériger des clôtures et interdire. »

Donc, continuons-nous à pomper du pétrole, car c’est approuvé par le bon Dieu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire