Pages

lundi 12 mars 2018

Les vêtements rendaient les cycliste femmes décents



Dans les années 1880, lorsque le vélo moderne a remplacé le vélo à grand roue, le cyclisme est devenu un phénomène en pleine croissance. Certain femmes ont même réussi à participer.

Des journaux et des magazines révèlent que le cyclisme féminin a été beaucoup discuté pendant les années 1890. Les habilles appropriés étaient surtout un sujet de disputes.

Le cyclisme était associé avec des valeurs masculines et des femmes qui s’exposaient en lieux publics étaient un domaine souvent remarqué au tournant du siècle.

L’autrice de l’analysé a étudié comment un certain nombre de magazines féminins, suédois et danois, ont écrit sur le cyclisme féminin au cours de la période 1890-1910.

L'attention principale a été la manière dont ces cyclistes s’habillaient, comment elles se déplaçaient et où elles se déplaçaient. Il s'agissait surtout de ne pas défier les limites de la féminité.

À fin du XIXe siècle, la frontière entre le privé et le public était importante et les femmes de la bourgeoisie devraient se tenir dans la sphère privée. Cependant, quand elles ont commencé à faire du vélo en public, des nouvelles règles et normes sont devenues nécessaires.

La société était fondamentalement positive au cyclisme féminin mais pour ne pas perdre la féminité des règles étaient nécessaires. Il est dans ce contexte que les vêtements sont devenus importants pour signaler la respectabilité.

Les vêtements des cyclistes féminins étaient un sujet souvent abordé par des journalistes de l’époque. À porter des pantalons étaient par exemple hors de question. Les cyclistes féminines devraient porter des jupes de la bonne longueur. Il est devenu une stratégie pour éviter d'être interrogé en tant que femme.

Il est donc des vêtements qui sont devenus un atout pour la possibilité à faire du cyclisme féminin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire