Pages

jeudi 4 avril 2019

L'industrie automobile doit créer des batteries éthiques



La transition vers voitures électriques doit être plus rapide et par conséquent, il faut augmenter la production de batteries. C’est la conclusion du sommet nordique sur véhicules électriques. Lors de leur dernière réunion à Oslo, il a été examiné comment cette transformation sera possible sans nuire la nature et des personnes, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Les voitures électriques sont la clé pour la transformation écologique et éthique de l’industrie d’automobiles. Pourtant, les voitures électriques ne sont pas aussi éthiques que certains concessionnaires veulent nous faire croire.

Amnesty International affirme que les batteries lithium-ion peuvent être liées à des violations des droits de l’homme dans la République démocratique du Congo, notamment pour travail des enfants. Le Congo possède plus de la moitié des réserves mondiales de cobalt et une enquête menée en 2016 montrait des enfants travaillant à main dans des mines de la province sud, Congo-Kinshasa. De plus, l’environnement de ces mines présente des risques majeurs pour la santé.

Amnesty International a également examiné les violations des droits des populations autochtones qui vivent à proximité des mines de lithium en Argentine. Ces projets se sont développent sur des terres qui appartient à eux, sans leur accord et sans les informer sur l'impact que les opération peut avoir sur leur approvisionnement en eau.

«Face à la demande croissante de batteries, le moment est venu de procéder à un examen approfondi de nos sources d'énergie. Nous accordons donc la priorité à la protection des droits humains et de l'environnement», a déclaré la secrétaire générale d'Amnesty International, Kumi Naidoo à Carscoops.

Le Summit réclame que l'industrie automobile développe la première batterie de voiture éthique au monde d'ici 5 ans.

L'environnement est un aspect tout aussi important de l'électrification. La demande de minéraux tels que le cobalt, le manganèse et le lithium a accru l’intérêt pour les dépôts sur les fonds marins. Mais, la récupération peut causer des dommages permanents à l'écosystème. La question environnementale concerne également la fabrication des batteries elles-mêmes. Aujourd'hui, la majeure partie de la production mondiale est en Chine, la Corée du Sud et le Japon, où l'électricité principalement provient du charbon.

L’agence internationale de l'énergie, (AIE), estime que le nombre de voitures électriques dans le monde pourrait atteindre 220 millions en 2030. Amnesty International avertit que les émissions de CO2 lors de la production doivent diminuer. La pollution par les gadgets électriques en fin de vie est un autre problème environnemental croissant. Entre autres, il est crucial d’amélioré le recyclage des batteries.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire