Pages

vendredi 29 mars 2019

Les noms de famille déterminent la confiance des analystes boursières


Il n'y a pas de différence dans la qualité des analyses. Mais, il y a une différence entre la manière dont les acteurs sur le marché financier américain réagissent aux analyses fait par personnes avec des noms associés au Moyen-Orient. Ils les donnent moins de confiance que les autres.

Quatre chercheurs de divers domaines économiques ont étudié la manière dont le marché financier américain réagit aux analyses boursières. L'étude comprend un total de 762 780 analyses, signées par 5 516 auteurs entre 1996 et 2014. Parmi les analystes il y avait 3 983 noms de famille différents.

Les chercheurs identifiaient ces noms comme typiques pour divers langues, telles qu’allemand, français ou arabe. Donné l’histoire de la bourse ils pouvaient aussi juger la qualité des analyses. Il n’y avait aucun lien entre les noms la qualité. Par contre, la corrélation entre les noms de famille et la réaction du marché était fort.

Suivant les attaques terroristes contre les États-Unis le 11 septembre 2001, les acteurs boursiers prenaient de moins en moins note des analyses faites par auteurs avec noms perçus comme d’origine du Moyen-Orient. Selon les chercheurs, ces noms érodaient la crédibilité des analyses.

Un développement similaire, mais moins fort, était observé pendant l'invasion de l'Irak, à laquelle les français et les allemands se opposées. Dans ce cas il était des auteurs avec noms typiques de ces pays qui ont souffert de crédibilité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire