Pages

mercredi 2 janvier 2019

Réduction importante de rennes sauvages


La toundra arctique s'étend à l'extrême nord d'Eurasie et Amérique du Nord. La région est froide, sèche et manque d'arbres car les systèmes racinaires sont bloqués par le permagel.

Le renne est l’herbivore dominant dans la toundra arctique et donc une espèce clé de l'écosystème. Mais le nombre de rennes est passé de 4,7 millions à 2,1 millions au cours des 20 dernières années. C’est que montre un rapport de l'organisation scientifique NOAA, (Nationale Oceanic and Atmospheric Administration), qui survie plus de 20 groupes de rennes.

Le fait que les populations de rennes augmentent et diminuent avec le temps est un processus naturel mais maintenant ils sont le plus bas que ne jamais. Dans la région Alaska-Canada les 5 groupes surveillée ont par exemple diminué de 90% et ils ne montrent aucun signe de récupération.

Les chercheurs du rapport soutiennent que le changement climatique en cours est la raison principale de ces réductions. Une étude menée en Amérique du Nord montre que la hausse des températures estivales provoque plus de morts chez les rennes femelles. La cause probable est un stress thermique qui assèche le pâturage et provoque de la famine.

La chaleur profite aussi aux parasites, mouches et taons, ce qui est un problème majeur pour les rennes. Lorsque les attaques de ces insectes deviennent insupportables, les rennes se rendent dans les montagnes ou des zones enneigées où les insectes sont moins nombreux mais où il aussi est plus difficile à trouver de la nourriture.

Les hivers de plus en plus doux créent aussi des problèmes. Les précipitations tombent plus souvent comme de la pluie plutôt que de la neige. Si la pluie est suivie par une température négative, une croûte de glace se forme sur le sol qui rend la nourriture inaccessible. Des croûtes de glace répandues qui restent pendant une longue période peuvent causer des morts massives. Cela est par exemple passé pendant l'hiver 2013 en Sibérie, lorsque 60 000 sont morts.

Les chercheurs ont calculé le nombre de rennes en photographiant les groupes à partir d’avions pendant les périodes les plus chaudes de l'été. A ces moments ils sont relativement faciles à trouver car ils s'e rassemblent dans les zones enneigées pour réduire les attaques d’insectes nuisibles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire