Pages

vendredi 4 janvier 2019

Le drone - d'un jouet coûteux à un outil essentiel


 Un drone qui fournit des médicaments et du matériel médical
Le développement des drones a fait un bond géant depuis quelques années. Des meilleures batteries et une stabilisation des caméras sont maintenant en place qui fait que les images prises ne tremblent plus, ce qui n’était pas le cas il y a 4 ou 5 ans. C'est à ce moment-là que le développement commercial a commencé.

Maintenant ils volent un peu partout et ne pas toujours au bon endroit. Des incidents d’aéroports ont récemment été rapportés et comme objets volant devant des fenêtres ils peuvent effrayer beaucoup de monde.

Pourtant, les drones sont maintenant utilisés dans beaucoup d’activités professionnelles. Des images prises dans l’air libre sont de plus en plus utilisées pour des émissions de télévision, pour divers contrôles et pour surveillances. Les exemples de la dernière sont veilles d’incendies de forêts, inspections de champs cultivés et bâtiment en construction. Plusieurs d’autres d'utilisations sont en cours.

L’agence d’innovation publique, Vinnova, suédois a distribué 3 millions euro pour 23 projets. Par exemple, des drones capables à mesurer les émissions de gaz à effet de serre, cartographier les sites de crimes, lutter contre des mauvaises herbes avec laser, recherche de personnes disparues ou victimes d’avalanches. Parce que le temps en air est limité il y a aussi un projet qui vise à charger les drones sur les lignes de haute tension. En avril 2019 ces projets présenteront leurs prototypes.

Cependant, le développement est ralenti par la législation. C'est un parallèle du développement de voitures autonomes qui dans la loi actuelle doivent avoir des rétroviseurs. Pour les drones il existe par exemple une règle selon laquelle ils ne peuvent pas passer l’horizon du « pilote » même si la technologie permet une utilisation à de très longues distances.

Cette règle a une certaine validité car il peut y avoir beaucoup de drones dans les airs et donc des risques de collisions. Peut-être serait-il possible à régler le problème avec des « rues » aériennes pour drones ?

La différence entre les voitures autonomes et les drones est qu’il y une image assez clair à quoi ces voitures serviront mais ne pas pour les drones.

Un drone fabriqué par Impossible Airospace 
 capable à voler jusqu’à 2 heures

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire