Pages

dimanche 18 février 2018

Le trafic de données dans le monde est vulnérable




Le premier câble atlantique, qui reliait Irlande de l'Ouest avec Terre-Neuve, était prêt le 6 août 1858. La communication se faisait avec l’alphabet Morse mais des phénomènes électriques limitaient la capacité à quelques mots par minute. Il a néanmoins été un grand succès car à l’époque le temps d’envoyer un message par bateau était de 10 jours.

Maintenant les câbles sont en fibres optiques. Les plus modernes ont une capacité de 10 Gbit/s ou plus, (dépende de la distance), suffisant pour plusieurs centaines de connections internet ou des dizaines d’émissions TV.

Telegeography, une société d'analyse de télécommunications, a maintenant réalisé une carte montrant les câbles sous-marins. Selon le forum de coopération économique Asie-Pacifique, 97% de toutes les données intercontinentales sont transmises par ces câbles.

Il est intéressant à voir que même des lieux assez distants comme le Svalbard, le Groenland et le Kamchatka maintenant aussi sont connectés.   

Les câbles sont d'une importance stratégique majeure pour les pays concernés. En dépit, peu est fait pour les protéger, ce qui inquiète les services de sécurité de plusieurs pays.

Les américains ont récemment averti que des sous-marins russes ces sont intéressé à ces câbles. Une attaque sur les câbles pourrait créer des dommages catastrophiques, prévient un ancien amiral de la marine américaine.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire